BASTION ST-ANTOINE, GENÈVE, 5ÈME PRIX

Type Concours ouvert Maître d’ouvrage Ville de Genève Programme Mise en valeur du site archéologique du Bastion St-Antoine Surface 1’200 m2 SU Volume 5’600 m3 Budget CFC 1-9: 12 Mios CHF Planification 2016 En collaboration avec Architecte paysager: Westpol Landschaftsarchitektur Bâle, Ingénieur civil: Rapp Infra AG Münchenstein Images NYX architectes Team NYX Nathanaël Chollet, Yann Gramegna, Marnie Amato, Dorian Bürgy

LE PETIT PRINCE

Le site du bastion Saint-Antoine offre, grâce sa topographie artificielle, une situation de belvédère unique dans la ville de Genève. Les couches de fortifications urbaines successives ont permis la préservation des vestiges archéologiques. Le projet reconnaît ces qualités et propose une grande place, terminée par un léger promontoire abritant la salle des vestiges, située juste en dessous. Il conserve ainsi les spécificités millénaires du lieu, à savoir un balcon urbain surplombant les alentours, tout en laissant deviner qu’il s’y passe quelque chose en dessous.

La place est essentiellement minérale et sa nature de belvédère la différencie de la promenade Saint-Antoine, très arborisée. Le revêtement de sol est uniforme et la place est structurée par le mobilier urbain, disposé en périphérie, soulignant ainsi une promenade le long du mur du bastion avec vue sur la ville, le collège Calvin et le parc de l’Observatoire.

Au croisement des rues Charles-Galland et Théodore-de-Bèze, le pavillon d’entrée fait office de charnière le long des chemins menant du Musée d’Art et d’Histoire à la vieille ville et la cathédrale Saint-Pierre. Il produit une nouvelle centralité à la promenade Saint-Antoine et à la place du bastion, hiérarchisant ainsi les différents espaces extérieurs.

Une fois arrivé à l’intérieur du pavillon d’entrée, le visiteur continue de longer les anciens murs. En descendant “intra muros” dans l’espace d’exposition, il découvre tout d’abord la casemate, pour continuer dans une galerie d’exposition toute en longeur, le “chemin de ronde”, où la perspective accélérée le mène, finalement, à la salle des vestiges. Celle-ci est aménagée par une simple passerelle qui se faufile entre les fouilles et le mottet de Saint-Laurent, inspirée des constructions rudimentaires en échafaudages mis en place durant les recherches archéologiques.

Cette structure offre au visiteur un parcours à différentes hauteurs, se trouvant parfois au niveau du terrain, parfois en surplomb sur les vestiges. La lumière zénithale rase les murs du bastion et accentue la perception introvertie d’un lieu sous-terrain, propice à la contemplation des tombes et vestiges.

 

 


Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus